Solidarité et humanitaire

Des Biocoop et des banques dans la solidarité.

Voici directement sorti du dernier journal diffusé gratuitement par les Biocoops, Consom’Actions, un chapitre consacré au rôle des finances dans la solidarité internationale et les actions économiques en faveur des alternatives.

Cet article indique que les Biocoop se lancent dans les produits d’épargne (Codevi) et fait aussi connaitre le rôle des banques coopératives en faveur des recherches et développements dans la santé, dans les ressources énergétiques, depuis le site duquel on trouve les liens avec des organismes officiels tels que l’ ADEME (Agence de Développement et de la Maîtrise de l’Énergie) et une banque en ligne, le Crédit Coopératif

Bien ou mal ? S’il est difficile d’évaluer la réalité des actions menées par ces organismes, il serait encore plus difficile de porter un jugement, favorable, ou défavorable, à priori. Ces actions ont le mérite d’exister.

Les sites donnent une forte impression commerciale, avec des lampions et des clignotants partout. Le site des Biocoop fait encore pire, avec un accès exclusif pour les utilisateurs de Macromedia FlashPlayer (™). Donc, si vous refusez Macromedia FlashPlayer, point d’info. C’est dommage pour les Biocoop qui ont mis en ligne plus d’une information intéressante, aussi espérons qu’ils réétudient leur mode de communication bientôt. N’hésitez pas à leur téléphoner pour leur en faire part, en composant le numéro du siège social, qui est toujours dans l’article publié l’an dernier, Notre Santé de la Terre à la Table, dans la catégorie Alimentation Biologique.

Devrions-nous nous fier aux apparences et tourner le dos ? devrions-nous plutôt voir sur place quels sont effectivement les services proposés ? Pourquoi pas, en regard de ce que nous offrent couramment les autres organismes bancaires.

En visitant le site du Crédit Coopératif, on peut trouver un document au format pdf, contenant la liste exhaustive du prix des services bancaires, l’adresse de chacune des agences en France, puis dans chaque catégorie de soutien alternatif visé, une description du produit financier correspondant. Par exemple, on peut sélectionner une carte bancaire donnée, non en regard du service qui y est lié, comme cela se pratique habituellement, mais en fonction de l’action qu’on veut soutenir: Médecins du Monde, ou bien les actions de l’ONG Énergies pour le Monde, ou encore d’autres, faciles à découvrir depuis les menus de la colonne portée à gauche sur l’écran du site web.

Il existe aussi depuis plusieurs années, un organisme bancaire dont tous les prêts accordés à des entreprises le sont dans le cadre d’une charte alternative. Il s’agit de la NEF (Nouvelle Économie Fraternelle). La NEF est remarquable aussi par ses tarifs plus élevés en prêts bancaires, et ses taux plus bas en rémunération. Émanation des anthroposophes, cette banque compte des défenseurs parmi tous ses clients (sociétaires), qui ne manquent pas de signaler l’importance de faire circuler l’argent là où il contribue le moins à la pollution, ce qui est vrai. En effet, la NEF accorde ses prêts uniquement à des entreprises dont les activités présentent un caractère éthique, social, écologique et qui ne contribuent pas à la pollution.

Le niveau de la rémunération est-il si important, au regard de nos perspectives de survie et nos désirs de consommation énergétique ? (raccourci un peu caricatural pour évoquer la situation, mais pas totalement erroné). L’argent est une énergie, dont la coloration dépend effectivement de nos choix, et qui circule d’autant mieux qu’on l’utilise de manière positive. En regard de cela, la banque qui fait un choix différent peut possiblement pratiquer des tarifs plus élevés, pour couvrir certains risques, ou pour mieux se rémunérer.
Mélodie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *