Le Grand Bio N’ Importe Quoi

Nous vivons un début de siècle qui s’affole, entre des prédictions de désastres et des entités dites humaines, pourtant sans conscience, qui jouent avec les vies des peuples du présent et du futur. La France entre en transe pour l’année électorale, les entreprises communiquent avec force sur tout ce qui est contre les désastres, et divers courants se croisent en portant les senteurs artificielles de discours décalés et démagogiques. Attention : tous les « bios » et tous les écolos qui se disent éthiques ne sont pas authentiques.

J’avais bien remarqué quelques indices bizarres, en visitant des pages web entre autres, et aussi en remarquant certaines enseignes lors des expéditions que je fais en ville pour quelques démarches ou des approvisionnements occasionnels. Ces observations fugaces sont depuis quelques jours mises en lumière par les dires d’une lettre d’information que j’ai reçue de la part de Kokopelli, l’association loi 1901 connue qui oeuvre et milite pour la sauvegarde des variétés végétales anciennes, c’est à dire les légumes issus de variétés ayant disparu du catalogue officiel depuis plus ou moins longtemps. (Notez que la vente des légumes issus de ces cultures n’est pas autorisée). Voici quelques passages de cette lettre d’information:

Mettez du sang dans votre moteur! La tragédie des nécro-carburants

Campagnes d’intoxication Au Salon de l’Agriculture 2007, une partie du hall 2 s’était transformée en salon de l’automobile! Ils étaient tous là, Peugeot, Ford, Renault, etc. Avec des grosses planètes qui pendaient du plafond et des petites fleurs peintes sur les portières des voitures. Emouvant: ils clament haut et fort qu’ils vont sauver la planète avec l’éthanol et les huiles de colza!

Les grands slogans sont lancés: biodiesels, biocarburants, or vert, carburants verts, « le carburant qui voit la vie en vert »… L’édition spéciale Ford des Cahiers de l’Automobile titre « Bio-Carburants », Bio faisant 7 cm de hauteur et carburants faisant 1,5 cm de hauteur: les grands pièges de la sémantique pour endormir le peuple. Le même magazine en page 7 titre « le bio en 40 questions ». Quel « bio »? Est ce une nouvelle abréviation pour « biocarburant »? Plus l’intoxication est grosse, mieux elle passe! Pourquoi se gêner?

Les 40 questions sus-dites concernent les agro-carburants et nous apprenons que l’éthanol ne se boit pas (aucun risque d’accroître l’alcoolisme dans ce pays!), que l’utilisation des pesticides baisse depuis 10 ans (témoin l’accélération du nombre de cancers!) et que la baguette de pain ne va pas augmenter! Il est vrai que si la baguette augmentait de 100 % comme la tortilla au Mexique, les Français tortilleraient du nez. Il ne faut mieux pas toucher à la baguette!

et encore ces quelques mots, tellement consternants !

L’attribution du terme « bio » pour les nécro-carburants gagne en tout cas du terrain rapidement. Cela nous rappelle le syndrome des yoghourts de chez Danone. On trouve sur internet des publicités pour Volvo « Volvo fera du sport bio » ou pour Ford « Ford et Europcar roulent pour le bio! » ou pour Saab « 300 chevaux écologiques ». Certaines voitures roulant au carburant végétal ont même la mention « bio » peinte sur la carrosserie.

Justement le site de la mission d’animation des agrobiosciences, a relayé des informations relatives aux 4×4 qui roulent avec ce qui devrait être la nourriture de beaucoup dans certains pays d’amérique du sud:

L’exemple vient du Mexique, où le maïs, base de l’alimentation nationale, voit son prix augmenter de… 85%en un an seulement sur le marché mondial en raison des usages énergétiques !

Cet exemple, venant d’un site, agrobiosciences.org, connu pour son rôle d’animation des débats de société, et plutôt impartial, recoupe clairement les informations abondamment fournies par les membres de l’association Kokopelli.

J’ai remarqué depuis plusieurs semaines de visites de sites web et de lieux réels aussi, disais-je une nette propension à employer des termes jusqu’ici utilisés par un petit nombre de militants minoritaires, des précurseurs horrifiés par les perspectives de pollutions généralisées, de mise à profit des peuples, de risques accrus pour la santé et pour les libertés, que la civilisation à l’occidentale ont fait naître.

Je pense à Pierre Rabhi, tant aimé d’un certain public qui lutte dans la décroissance, et qui a dans les liens de son site ⁽*⁾ «Épargne en conscience», une société de capital risque. Il existe une société de capital risque pouvant prétendre à des placements éthiques, à ma connaissance, c’est la SA Garrigue, née de la première CIGALE, lorsque celle-ci s’est arrêtée pour respecter les statuts prévus dans l’association : après deux fois cinq ans au plus, l’association serait dissoute.

Je ne voudrais pas affirmer sans preuve que ces placements ne sont pas « éthiques », je pense seulement que ce tableau ⁽**⁾ du site de la société de capital risque Épargne en Conscience (fonds éthiques et fonds solidaires pour placements financiers) présente trop d’investisseurs institutionnels tous supposément alternatifs et éthiques, pour être crédible.

Notez aussi les superbes tonalités pour ce violet et ce vert très doux dans le tableau des placements…

Je souhaite en dire beaucoup, en pointant vers ces quelques liens, tout en restant dans un esprit de présence vigilante et d’ouverture, pour inviter à faire mieux.

 

⁽*⁾ Mise à jour Janvier 2015, le site  www.mouvement-th.org de Pierre Rabhi a disparu et a été remplacé par un ‘site parking’.

⁽**⁾ Mise à jour Janvier 2015, le tableau change souvent de page et ou d’apparence

12 commentaires

  1. Rien de bien nouveau, mais que faire face au discours démgogique et aux faux-semblants des industriels qui essaient de nous faire avaler (dans les deux sens du terme) n’importe quoi.

    Je crois qu’il faut rester de plus en plus vigilant et ne pas oublier que l’outil du XXIème siècle est la communication. Les grandes entreprises communiquent plus qu’elles ne créent ou communiquent sur les points qui les arrangent, biaisant l’information !

  2. Quelque chose change dans la société, maintenant l’homme comprend que la pérennité de son existence doit passer par l’écologie appliquée.

    Ne détruisons pas le concept mais construisons un « bio-avenir » aux futures générations parce qu’elles en auront besoin.

  3. Oui, mais faisons aussi attention aux récupérations. Il y a des étiquettes qui ne devraient pas tromper, pourtant passer par exemple de l’essence
    au 100% carburant vert avec une demi-douzaine de vieilles voitures américaines ne gène nullement certains consommateurs américains.

  4. Tu vas trop vite, ils faut que les gens s’adaptent. L’important c’est la prise de conscience
    du phénomène.

    Ils savent qu’ils doivent changer de comportement ces américains d’ailleurs j’ai lu pas plus tard que la semaine passée que les trois gros fabricants de Détroit (FORD, GENERAL MOTORS et CHRYSLER) s’étaient présentés dans un salon de l’auto en Californie avec des
    voitures hybrides et que 30 ans après l’Europe ils pensaient à inroduire le moteur turbo
    qui diminue la consommation (poussés évidemment par l’envolée du prix du baril).

    La vie est un apprentissage permanent, il faut faire des erreurs pour pouvoir tirer des leçons et progresser.

    Le gros problème ici c’est que le compte à rebours à commencer.

  5. Si j’ai bien compris, tu reproches aux américains le fait qu’ils pensent « Nature » parce qu’ils ajoutent un biocarburant alors que leurs grosses machines sont obsolètes et énergivores.

    Et je dis : on commence par le carburant ensuite on pense moteur et ainsi de suite pour se tourner définitivement vers une technologie plus propre.

    C’est plus qu’une façon de penser, cela devient une « Culture » mais il faut du temps.
    Et le problème, c’est que le temps commence à manquer pour sauver cette belle petite planète.

    Désolé je suis parfois trop peu concret dans mes explications.

    Les sources, c’est un site d’actualités économiques (boursorama.com) juste pour surveiller la valeur du pétrole et de l’euro (c’est ma boule de cristal).

  6. > Si j’ai bien compris, tu reproches aux américains le fait qu’ils pensent “Nature” parce qu’ils ajoutent un biocarburant alors que leurs grosses machines sont obsolètes et énergivores.

    Je doute qu’il n’y aie que ça pour toute source de pollution. Ce qui m’a choquée dans un film que j’ai vu, c’est de voir une femme un sourire béat faire son plein en s’exclamant : « and it’s clean ! » (et c’est propre !)

    Dans un commentaire laissé sur “Énergétiquement vôtre” il y a un lien vers une vidéo, « Reopen911 », qui m’a semblé intéressante.

  7. L’écologie c’est comme la religion ou y croit ou pas. Cela fait plus de 20 ans que je vote écolo parce que j’ai certaines connaissances et je sais que leur discours est crédible.

    Mais tout le monde n’a pas la culture et surtout l’esprit d’analyse parfois même c’est la mauvaise foi qui intervient.

    Exemple : dans mon pays on a voulu introduire une taxe sur les emballages en voulant favoriser des emballges recyclables comme des bouteilles de verres.

    Eh bien cela provoque toujours des tas de polémiques disant que c’est le client qui va payé
    ou que de toute façon ça ne sert à rien les clients passeront la frontière pour acheté moins chère.

    Si tu regardes côté U.S.A. pour vivre, tu risque encore de nombreuses attaques. Ce n’est pas dans leur culture de rationaliser l’énergie (mais ça viendra).

    Je ne sais vraiment pas ce que vient faire cette vidéo sur 9/11/2001 ça me semble hors sujet.

    Es–ce que les dinosaures avaient besoin d’énergie pour vivre et plus encore est-il catho ou mulsuman ?

  8. Peut-on vraiment en vouloir à cette brave dame, n’est-ce pas l’ignorance qui a parlé ou pire la
    culture de la société de consommation véhiculé par les médias.
    Mangez des fruits c’est bon pour la santé mais personne ne dira jamais quels types de
    traitements ont subit ceux-ci (pesticides, fongicides, herbicides, insecticides, hormones…)

  9. > Mangez des fruits c’est bon pour la santé mais personne ne dira jamais quels types de
    traitements ont subit ceux-ci (pesticides, fongicides, herbicides, insecticides, hormones…)

    Si on veut… dans ce cas ça concerne ceux qui consomment les fruits, dans le cas des des carburants verts
    distribués à la pompe comme si c’était un produit de consommation disponible sans limite, il y a un abus
    envers les peuples voisins : des milliers de gens ne pouvant plus se nourrir, est-ce que ce n’est pas insupportable ?

  10. effectivement, c’est absurde, sans compter les engrais et les pesticides qu’il faudra employer pour faire ce joli carburant non polluant, Monseigneur Monsanto doit se frotter les mains : tout ces champs de céréales génétiquement résistantes au pire… enfin pour illustrer le sujet je vous envoie un lien vers une nouvelle que j’ai postée il y a un moment, sur mon blogue (voir site internet) à tantôt, filou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *