Nos amies les forêts

Forêts temples de la Nature

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles

Charles Baudelaire – LES FLEURS DU MAL

Forêts pluviales

Forêts pluviales – échantillons de photos sur www.exalead.fr

 

La forêt procure bois, abris, pluies, ombrage, à tous ceux qui y vivent ou qui vivent à proximité, ainsi que de la nourriture, de l’humus. En un mot, la forêt c’est la vie !

C’est tellement vrai, qu’avec les destructions, celles légales et celles illégales, des grandes forêts par les compagnies d’exploitations forestières, des espèces animales et végétales entières sont menacées, des centaines de tonnes de terre fertile lessivées et la menace que représente la progression des déserts est imminente !

Je veux signaler au passage cette conférence d’un responsable d’ONG, œuvrant pour la reconstitution et la protection des forêts en Indonésie. Celles-ci sont l’habitat des derniers orangs outangs vivant sur Terre, et toute l’intelligence de cette œuvre réside dans la force de l’implication des communautés locales. Cet homme a réussi selon un modèle qui servira certainement à bien d’autres associations et ONG : Organisations Non Gouvernementales, travaillant dans un double but de préservation de la Nature et d’amélioration des conditions de vie des peuples vivant en voisinage de cette Nature.

En direct sur la page du site : http://www.ted.com/talks/willie_smits_restores_a_rainforest.html

Merci à Vakanala, et à son coordinateur scientifique, Jérôme LEBEAU, pour cette information. Vakanala est une ONG malgache, dont l’objectif est de réaliser un travail de reforestation dans une des régions du monde où les forêts primitives sont les plus menacées, et ce dans le même esprit que celui qui anime Willie Smits : en intéressant directement les habitants des communautés locales à la reconstruction puis à la préservation des forêts natives. Il me signale d’ailleurs deux des rôles environnementaux les plus fondamentaux de la forêt, ce sont d’une part la protection contre l’érosion et d’autre part un rôle de rétention des eaux de pluie : on peut dire que agissant à la manière d’une éponge, les forêts stockent l’eau, et contribuent à une régulation des flux.

La menace

Peut-on croire qu’une catastrophe majeure s’annonce sous la forme d’une désertification rapide de toutes les terres fertiles, dans le monde entier ?

Et pourtant…

Selon Dominique GUILLET de Kokopelli, Planète Terre, Planète Désert?

Terrien, sors de ton rêve! La Planète Terre s’enlise, s’ensable, se désertifie. Serait-ce que la Planète “déserte” l’humanité? Le mot “désert” vient du latin “desertus”, de “deserere” qui signifie “abandonner”.

En avril 2001, une “tempête de sol” de 1800 km d’amplitude s’envola de Chine

En Inde, par exemple, ce sont 2,5 millions d’hectares qui sont désertifiés chaque année.

Selon Chinafrique (l’article semble dater de 2005) (mise à jour, la page est en 404, lisez l’article ici : http://french.china.org.cn/environment/txt/2005-08/01/content_2187320.htm

ou encore ici : http://www.tibet.fr/dossiers_speciaux/planter-ou-replanter-la-chine-est-le-pays-au-monde-le-plus-touche-par-la-desertification/)

La Chine est l’un des pays les plus sévèrement affectés par la désertification. Plus de 2,67 millions de km² de terres ont été désertifiées, soit 27,9 % de la superficie globale du territoire du pays et équivalant à 4,8 fois la superficie de la France.

Selon GoodPlanet.info : Systèmes naturels sous contrainte (mise à jour, page en 404, l’article est maintenant disponible ici : http://www.ecologik-business.com/newsletters/newsle118.html)

La disparition du sol

La fine couche de terre qui recouvre la surface de la planète est le fondement de la civilisation. Épaisse le plus souvent de quelques centimètres seulement, elle s’est constituée au fil de longues périodes, à l’échelle du temps géologique, lorsque la vitesse de formation du sol dépassait celle de son érosion naturelle. S’accumulant au fil des âges, le sol a constitué un milieu qui a permis aux plantes de se développer, puis, à leur tour, de protéger le sol de l’érosion. Les activités humaines mettent à mal cette relation. (…)

Et pour terminer ce paragraphe, la conclusion de l’article de Dominique GUILLET de Kokopelli dans Planète Terre, Planète Désert?

…la Planète Terre continuera bien à nourrir une petite partie (de plus en plus restreinte) de la population humaine jusqu’en l’an 2050. Après quoi, rideau: la Planète Terre se sera transformée en grands déserts entourés de quelques océans. Le vert aura disparu.

Et c’est un scénario optimiste (quant à l’échéance dans le temps) car il ne prend en compte ni l’accroissement de la population mondiale,  ni la montée des niveaux des océans, ni les bouleversements climatiques que tout un chacun peut commencer à observer, ni bien sûr un emballement climatique que personne n’ose imaginer.

Un autre aspect de la vie végétale que l’humain exploite et détruit, est contenu dans le mot vie. Vous savez, le message des publicités pour les cires et encaustiques ? Le bois est vivant. Et si la vie des arbres représentait bien plus que le simple constat de la capacité de naissance, croissance, et mort, d’une famille de végétaux ?

Les arbres étaient considérés d’une manière particulière par les anciens celtes. Dans l’histoire de France on trouve encore le récit de la justice qui était rendue au pied d’un chêne.

Ces dernières années plus d’une personne parmi nos contemporains redécouvrent des connaissances plus ou moins oubliées, plus ou moins liées au chamanisme ou à d’autres pratiques mystiques en relation avec les arbres et la nature. Voici quelques témoignages directs rapportés par ceux-ci, en lien avec leur expérience et leur compréhension des symboles.

D’abord, une présentation du livre L’arbre guérisseur, de Marie-Emilia Vannier

Les arbres sont des entités conscientes et bénéfiques pour les hommes.

Vous découvrirez ici l’arbre dans toutes les traditions, comment se manifeste la conscience des arbres, comment nous pouvons aider les arbres, comment en retour recevoir leur aide, nous recharger auprès d’eux.

Sur le site L’esprit des arbres

L’amitié ancienne entre arbre et homme

Ces derniers siècles, la société occidentale a créé un fractionnement mental entre elle-même et la nature, entre la matière et l’esprit. Cette rupture, de même que la désapprobation par l’homme de la terre et de ses formes de vie, a mené le monde au bord d’une crise écologique irréversible.

et sur un autre site une page intitulée «Vivre avec l’esprit des arbres»,

Article de Fred Hageneder dans „Mensch et Sein“, Munich, février 2001

Les arbres sont des gardiens protégeant toute vie sur terre comme un arbre nous offre l’ombre régénératrice sous le soleil de l’été. En raison de cette protection de toute vie et en raison des arbres qui nous conseillent lors de nos voyages spirituels, les hommes ont respecté, ont aimé et révéré les arbres. Cette affirmation date d’il y a plus de 6000 ans, on peut le voir dans l’humanité de l’âge de pierre. On a eu un profond rapport religieux avec les arbres longtemps avant que les religions aient été inventées.

Cet article, mêlant réflexions sur la relation spirituelle entre l’homme et la nature, et des éléments d’observations scientifiques sur la relation des arbres avec leur environnement cosmique, représente un point de vue original par rapport au courant de pensée matérialiste.

Est-ce à dire que nous humains, non seulement mettons en danger les forêts qui procurent tout ce dont les être vivants ont besoin, mais en plus, nous tuerions des êtres vivants conscients pour notre confort et pour satisfaire nos plaisirs, quand nous utilisons le bois pour nous chauffer, nous meubler, construire nos habitats, décorer notre intérieur, sans oublier la pâte à papier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *