Dans le tout premier billet de ce blog, Notre santé de la terre à la table, j’avais fait allusion entre autres à Catherine Kousmine, et son ouvrage « Sauvez votre corps » où elle nous parle en particulier de la bonne et de la mauvaise qualité des huiles de table !

Je reviens sur ce sujet aujourd’hui pour pointer du doigt la qualité navrante des huiles de table conventionnelles, dans ce qu’elles apportent de plus négatif : elles n’apportent que du gras, et des calories.

Tournesol pour huile bio

Image Ferme de la Tuilière Dordogne

 

Lire la suite de

Aujourd’hui, pour finir les légumes en réserve, quelques carottes, panais, et une racine de fenouil, j’ai prévu un plat complet avec des légumineuses.

Nous avions été livrés en viande, 5 kilos environ de veau bio sous sachets scellés à l’abattoir, et dans le plat composé de haricots blancs, haricots rouges azukis et lentilles, j’ai mis des morceaux de tendron et de blanquette de veau.

 

Veau aux légumes

Veau aux légumes

Lire la suite de

Sur les OGM

C’était 4 ans avant la grosse médiatisation télévisuelle et autre concernant (consternant!) les organismes modifiés au niveau de leurs gènes.

 

Discrètement à 11 heures le soir, une émission sur une chaîne de la télé nationale au sujet des OGM avait déjà été diffusée, avec des explications détaillées données par des chercheurs du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) et de l’ INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), la présentation de leurs expériences culturales sur le sorgho, et les craintes qu’ils émettaient sur les dangers potentiels que tout le monde doit connaître aujourd’hui.

Lire la suite de

Ferme maraîchère bio en Pyrénées Atlantiques

Ferme maraîchère bio en Pyrénées Atlantiques

L’alimentation et l’ Agriculture Biologique AB

Consommer au quotidien une alimentation biologique a été considéré comme une attitude marginale, au point d’être même parfois suspecte, voire de participer du sectarisme.

Évidemment la proportion d’aliments bios présents dans les commerces de proximité, les GMS (Grands Magasins Spécialisés), les commerces de détail et sur les marchés est ridiculement réduite par rapport à l’abondance des aliments produits en agriculture traitée chimiquement, couramment nommée « conventionnelle ».

Les chapitres suivants ont pour objectifs d’apporter des éléments de réflexion concrets sur l’intérêt pour la santé, pour l’écologie, et pour la préservation d’un capital santé concernant les générations à venir ; de proposer des idées et des recettes, au propre comme au figuré, pour modifier une alimentation conventionnelle de manière progressive ou partielle, en tenant compte de divers critères tels que nos goûts et nos habitudes, tels le contexte dans lequel nous vivons et évoluons, travail, sorties, vie sociale, sans oublier notre budget alimentaire.

Lire la suite de